Famille & Bien-être

L’inscription à la crèche : comment ça marche ?

Fondre de tendresse en le tenant dans les bras, sentir sa bonne odeur, être pris d’un fou rire communicatif en le voyant rigoler … être parent, ce n’est que du bonheur. Et parce que le temps passe plus vite qu’on ne le croit, il faut songer à le confier pour reprendre le chemin du travail. Si la maternité ne fournit pas de mode d’emploi du nouveau-né, il en existe un pour l'inscription dans une crèche à Nantes par exemple, comme partout en France. En effet, plutôt que de faire appel à une assistante maternelle pour son petit bout de chou, il est possible de confier la prunelle de ses yeux à une crèche. D’ailleurs, la crèche est un mode de garde apprécié par de nombreux parents. Gros plan.  

Le choix de la crèche

Il existe différents types de structures d’accueil dépendamment du besoin des parents, mais aussi des besoins des enfants. Avant de commencer les démarches administratives pour l’inscription en crèche, il convient donc de sélectionner le type d’établissement qui correspond au mieux à ses propres attentes. Dans tous les cas, la crèche peut être gérée par une collectivité territoriale, un département, une caisse d'allocations familiales, un organisme privé ou encore une association.

La crèche collective traditionnelle

C'est le modèle le plus classique de crèche. Elle accueille des enfants âgés entre deux mois et quatre ans. Le temps de présence à la crèche est défini en amont. Elle est en général ouverte de 7h30 à 18h30, mais les horaires d’ouverture peuvent être élargis dans certains cas. Le personnel assure alors les soins et participe au développement des enfants en proposant des activités pédagogiques dans un environnement adapté à son âge. Puéricultrices, auxiliaires de puériculture, éducatrices de jeunes enfants sont alors épaulées par des spécialistes qui assurent des visites régulières. S’il faut justifier de l’exercice d’une activité professionnelle ou d’une formation pour que son enfant soit admis en crèche, dépendamment des situations locales, ces conditions peuvent être plus souples. En effet, chaque crèche possède son propre règlement intérieur. La participation des parents est fonction des revenus et des charges de famille.

La micro-crèche

La « micro-crèche » est à mi-chemin entre la crèche traditionnelle et l’assistante maternelle. Seule une dizaine d’enfants au maximum y sont admis. La crèche est donc très intimiste, tel le cocon familial, elle offre un environnement qui favorise le développement de l’éveil et de son bien-être. L’enfant est alors dans un environnement à son échelle tout en étant sécurisé. Les activités se font alors en plus petit groupe et tous les enfants sont en général, regroupés en une section unique. 

La crèche parentale

La crèche parentale, comme son nom l'indique, est créée et gérée par les parents eux-mêmes. Elle fonctionne selon un règlement intérieur propre, mis en place par les parents, les horaires d'ouverture et le coût peuvent donc différer d’une crèche à l’autre. 

La crèche familiale

La crèche familiale est un mode de garde atypique. Elle allie en effet mode de garde individuel et collectif. Même si les modalités diffèrent d’une crèche à l’autre, les enfants sont en compagnie de leur assistante maternelle entre une à deux demi-journées voire une journée complète. Dans ce contexte, les parents ne sont pas les employeurs directs de l’assistante maternelle.

La crèche d'entreprise

Il existe également la « crèche d’entreprise » appelée aussi « inter-entreprise ». Ces modèles de crèches permettent de faire garder sa chère tête blonde au plus près de son domicile, de son travail ou bien sur le trajet quotidien. Dans tous les cas, elle accueille en priorité les enfants du personnel d’un ou de plusieurs employeurs. Certaines crèches octroient un pourcentage de place pour les enfants dont les parents ne sont pas les salariés. 

La crèche multi-accueil

Il existe aussi la crèche « multi-accueil » qui accueille les enfants et propose un accueil régulier, occasionnel ou un accueil d’urgence. 

Pour finir, certaines structures se spécialisent sur la pédagogie Montessori. Dans tous les cas, les crèches offrent un environnement propice au bon développement de l’enfant, mais aussi, à son épanouissement.

Les préalables pour s’inscrire

Quel que soit le type de crèche choisi, l’inscription n’est envisageable que si l’enfant a entre 2 mois et trois ans. Néanmoins, aucune réglementation n’interdit que les enfants de plus 3 ans ne soient accueillies jusqu’à leurs 6 ans. Bien entendu, si cela rentre dans le cadre d’un service d’accueil régulier. A noter que certaines communes permettent aux enfants de moins de 3 ans d’entrer en « toute petite section » et donc d’intégrer l’école. Dans tous les cas, les choses changent peu à peu et dès la rentrée 2019, le gouvernement a décidé d’abaisser l’âge de la scolarité obligatoire de 6 à 3 ans, estimant que l’école maternelle est un moment fondateur dans le parcours scolaire de l’enfant. Une modification qui pourrait changer l’inscription en crèche. Quoi qu’il en soit, le loulou doit être à jour au regard des vaccins obligatoires. C’est d’ailleurs une obligation pour inscrire son enfant en collectivité. Le nombre de vaccins dépend de la date de naissance de l’enfant. 

Les modalités d’inscriptions

Trouver une place en crèche relève pour certains parents du véritable parcours du combattant. Pour augmenter ses chances, mieux vaut s’y prendre le plus tôt possible, être prévoyant. Rien de tel que de se rapprocher du service Petite Enfance de la commune de résidence dès le 3e mois de grossesse. L’occasion de connaître les démarches à faire, les critères d’attribution des places. Il est fortement recommandé d’inscrire l’enfant le plus tôt possible, et ce, avant même sa naissance. L’enfant ne pourra cependant pas être accueilli au sein de la crèche avant ses deux mois, terme légal du congé maternité.

Il est important de rappeler que les modalités d’inscription ne sont pas les mêmes d’une ville à l’autre, d’une structure à l’autre. Il est donc important de poser toutes les questions, même celles qui semblent anodines. Parmi les critères les plus fréquemment pris en compte pour l’admission de l’enfant, les parents qui travaillent ou qui sont en recherche d’emploi, dont le domicile est situé à proximité de la crèche, les parents de jumeaux ou monoparentaux sont en général prioritaires. En tout état de cause, chaque crèche établit ses propres critères d’admission, critères qui peuvent être demandés aux parents. Pour augmenter ses chances, il convient donc de multiplier les demandes et de déposer plusieurs dossiers de pré-inscription dans différentes crèches. Et, là encore en fonction des crèches, les pièces à fournir pour l’inscription de l’enfant diffèrent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *