Journée internationale des droits des femmes
Art & Culture

Journée internationale des Droits de la Femme : un concept à la dérive.

En ce 8 mars 2018, vos réseaux sociaux et vos conversations ont certainement été envahies d’allusions à l’évènement du jour ; la Journée de la Femme.
Si certains encensent le phénomène et profitent de ce jour un peu particulier d’une journée ou mettre la femme à l’honneur, d’autres déplore qu’il ne soit finalement que de la poudre aux yeux…
Car le concept, initialement lancé comme un véritable mouvement de revendication politiques et sociales pour protéger des femmes dépouillées de droits, a quelque peu dérivé de son but premier.
Et ressemble aujourd’hui à une fête des mères sans l’idée de maternité.
Bref, une célébration avec un petit cadeau et une slave de promotions dans les magasins…
Retour sur un symbole à la dérive.

La journée des droits de la femme : création socialiste du XX ème siècle.

La première fois que l’on entend parler de la Journée de la Femme, c’est en 1909, au sein du parti socialiste américain.
L’appellation sera reprise en 1910 par l’Internationale socialiste des femmes, un mouvement pour le droit des femmes né en Europe de l’Est notamment porté par la féministe Clara Zetkin.
L’année d’après, en 1911 et sous l’impulsion de la jeune femme et de ses consœurs, l’évènement est officiellement célébré le 11 mars,sous le nom de Journée internationale de la Femme et sous forme de revendications. Lesquelles sont le droit de vote, le droit au travail et la fin des discriminations professionnelles.
En 1977, l’ONU consacre le concept des militantes américaines de 1909 et appelle tous les pays de l’union à participer à cette journée destinée à faire le point sur la condition féminine et l’améliorer. La Journée Internationnale des Droits des Femmes (car c’est là l’appellation originale, lourde de sens) devrait donc être un moment de réflexion, un moment de droit, un moment de progrès. Un moment social, juridique et humain. Mais beaucoup se cantonnent à un simple bouquet de fleurs. Qui ne fait pas vraiment avancer les choses.

Une avancée politique douloureusement édulcorée

Depuis ce matin, le constat est unanime : la journée de la femme n’est plus un moment de réflexion politique et sociale, c’est seulement une journée de célébration, de gratitude comme disent nos voisins anglais. Pas de prise en charge des problèmes d’inégalité au travail, pas de recherche sur le statut féminin dans la société et surtout ; pas de remise en question du modèle machiste dans lequel nous sommes embourbés. Plus grave encore, certains font le choix non seulement d’ignorer ces questions, mais plus encore de s’en gausser. Comme cette boîte qui propose en l’honneur de la Journée de la Femme… une soirée paillette et licornes.
Véridique.
Et navrant lorsque l’on songe que cette Journée de la Femme fait finalement tout le contraire de ce à quoi elle était destinée : tendre vers l’Egalité Homme-Femme et non pas célébrer la féminité traditionnelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *