Grève compagnie aérienne
Business

Grèves des compagnies aériennes : petit aperçu des mouvements à venir

Tout récemment, quatre compagnies aériennes, toutes européennes viennent de déposer une plainte pour le cas de la France vis-à-vis de l’Union Européenne. Cette décision controversée a pour origine la dénonciation des lourdes répercussions concernant la grève des contrôleurs aériens. IAG, easyJet, Ryanair et Wizz Air dénoncent ensemble les actions de ces contrôleurs qui contribuent une gêne au principe de liberté de mouvement dans les pays de l’Union Européenne.

Des impacts majeurs pour l’économie nationale

En France, le transport aérien attire de nouveaux passagers de jour en jour. En effet, le trafic généré par les compagnies aériennes est aussi important que celui du métro. Vacances, voyages d’affaires ou raisons médicales, plus d’un million de voyageurs circulent dans le pays jour après jour. Étant donné que ce secteur génère un chiffre d’affaires à grande échelle, des annulations de vols répétés peuvent avoir des impacts majeurs sur l’économie nationale. Les revendications de ces compagnies ont pour unique objectif de résoudre le problème.

Plus de 10 000 de vols perturbés durant cette année

En France, les mouvements de revendication se multiplient depuis le début du mois de janvier avec un chiffre dépassant 4 fois de celui de l’an dernier. Le grand pays de la liberté est accusé pour le non-respect de la loi européenne sur la liberté de circulation aérienne. Après avoir été obligés d’annuler des centaines de vols devant contenir plus de 750 000 passagers à bord, IAG et Ryanair ont déposé leur requête en juin. En constatant des pertes évaluées à 25 millions de livres, easyJet rejoint le groupe pour dénoncer le pays qui n’a rien fait pour alléger sa lourde peine. En dernière position, Wizz Air, une low cost hongroise s’associe au wagon de protestataires pour faire part au nombre de vols qu’elle a dû annuler jusqu’en juin, un chiffre qui a affecté 2 millions de ses passagers.

Un appui sur les dires du Sénat français

Ces compagnies soulignent les dires du Sénat français dans un rapport où il est exposé clairement que les revendications des contrôleurs aériens en France sont responsables de bon nombre de retards de vols européens. À l’appui, elles rappellent la plainte que l’Espagne a déposée contre la France en 1997 pour avoir empêché l’exportation de légumes et de fruits à l’intérieur de l’Union Européenne. À l’époque, l’Europe a appuyé cette revendication, les quatre compagnies espèrent que cette fois-ci, sa décision sera la même.

Des réactions en chaîne

Tout comme le cas d’une propagation de maladie, une manifestation entraîne une autre manifestation directement ou indirectement. Des pilotes et des copilotes en grève depuis le mois de décembre de l’année 2017, Ryanair est au bord de la faillite en termes de personnel. La compagnie dirigée par Michel O’Leary est au plus bas suite à une série d’annulations de vols, sans compter les pertes engendrées par le remboursement des billets auprès des passagers. La compagnie voit non seulement ses potentialités économiques en chute, mais elle perd également sa notoriété sur le trafic aérien des vols low cost. Pour remettre les choses en ordre, elle n’a plus recours qu’à un seul issue : dénoncer la France pour n’avoir pris aucune mesure d’atténuation sur le cas des vols annulés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *