Démission de Nicolas Hulot au gouvernement
Art & Culture

Coup de tonnerre après la démission de nicolas hulot

Nicolas Hulot a pris tout son monde de court en annonçant sa démission du ministère de la Transition écologique. Figure emblématique du gouvernement, son départ jette le doute sur la capacité du gouvernement à mener à bien la transition énergétique.

Démission surprise

Rien ne prédisait un tel scénario mardi 28 août lorsque le ministre de la Transition écologique se rend à l’émission matinale de France Inter. Personne ne s’attendait à cette bombe qu’il a lâchée en direct en annonçant sa décision de quitter le gouvernement. L’annonce agit comme une onde de choc jusqu’au sommet de l’Etat, puisque ni le Président de la République ni le Premier ministre n’étaient au courant. Le ministre démissionnaire expliquera un peu plus tard qu’il n’a pas fait part de sa décision à Emmanuel Macron et Edouard Philippe de peur que ces derniers ne le dissuadent de quitter le gouvernement. Beaucoup trop de couleuvres avalées depuis sa prise de fonction au ministère de la Transition écologique l’ont conduit selon lui à prendre cette décision. La dernière décision en date du Chef de l’Etat d’accorder une généreuse ristourne aux chasseurs sur le permis de chasse a semble-t-il précipité les événements.

Remaniement ministériel

Emmanuel Macron n’avait sans doute pas prévu de commencer sa rentrée par un remaniement ministériel. La décision soudaine de son ministre a rebattu les cartes, obligeant l’exécutif à repenser dans l’urgence la composition d’un nouveau gouvernement. C’est finalement le Président de l’Assemblée nationale, François de Rugy, qui est nommé à la tête du ministère de la Transition écologique. L’ancien membre de Europe Ecologie les Verts aura la lourde tâche de remplacer le charismatique Nicolas Hulot. Le départ de ce dernier est jugé positivement par une majorité de Français selon un sondage YouGov réalisé les 29 et 30 août. Dans cette même enquête, 53% des sondés estiment que son départ est une mauvaise nouvelle pour le gouvernement, tandis que 45% des personnes interrogées estiment qu’il s’agit d’une mauvaise chose pour l’écologie.

Un coup dur pour le gouvernement

Les poids lourds du gouvernement d’Edouard Philippe n’étaient pas nombreux. Le départ du très médiatique ministre de la Transition écologique ne va pas arranger les choses en ce domaine. Sur un plan politique, cette démission surprise interroge sur la capacité de l’exécutif à mener à bien la transition énergétique. Le ministre sortant a clairement dénoncé le poids et le rôle croissant des lobbies auprès du gouvernement. L’action de son successeur François de Rugy sera donc scrutée avec attention. De nombreux dossiers l’attendent sur son nouveau bureau avec la fermeture programmée de la centrale nucléaire de Fessenheim, l’avenir des réacteurs EPR, ou encore la capacité du gouvernement à ramener la part des énergies renouvelables à hauteur de 50% dans le mix énergétique français. Pourra-t-il réussir là où Nicolas Hulot a échoué? Rien n’est moins sur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *