Famille & Bien-être

Bientôt la rentrée ? Vite, des étiquettes pour les vêtements !

La rentrée approche à grands pas et avec elle, son lot de choses à penser, comme la liste des fournitures scolaires et le souci des vêtements, qui risquent d'arriver, – dans le meilleur des cas, – dans le carton des objets trouvés, en fin d'année, à l'école, dans le pire des cas, dans les oubliettes, jetés comme des tonnes d'autres, selon une étude. Pour lutter contre ce fléau, une seule solution !

Imposer son identité grâce à des étiquettes !

Tous les enfants rêvent de posséder des vêtements à l'effigie de leurs héros de dessins animés préférés ou de l'équipe de sport qu'ils soutiennent. Mais ils sont des centaines dans ce cas. Les vêtements se ressemblent et les enfants sont incapables, souvent de les différencier. Pour remédier à cela, le fait de coudre une étiquette devrait remédier au problème. Prénom et nom de l'enfant, numéro de téléphone des parents ou adresse, quelquefois, l'étiquette devient la carte d'identité du vêtement ! Une identité que l'on peut décliner, au gré de ses fantaisies, en portant son choix sur différentes sortes d'étiquettes !

Quelle étiquette allez-vous porter ? 

Pour le cas bien précis des vêtements d'enfants, l'étiquette en carton, en vogue, actuellement est à proscrire, pour des raisons évidentes. Mais il vous reste pas mal de choix… Allez-vous choisir l'étiquette tissée, préférée des créateurs et des maisons de Haute Couture ? L'imprimée, qui peut contenir tant d'indications et peut être personnalisable à l'infini ou la thermocollante, qui sera, comme son nom l'indique, en place, grâce au passage d'un fer à repasser. Beaucoup la préfèrent de toute façon à coudre pour être certains de sa viabilité sur le vêtement, qui, s'il arbore le même héros que le voisin de classe, devient propriété unique et indélébile de votre enfant. De quoi éviter le gaspillage et aider, du même coup, les maîtresses d'école qui n'auront qu'à lire le nom de votre enfant pour lui rendre son bien. Un objet d'utilité publique, en quelque sorte…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *