Einstein l'intelligence multiple
Art & Culture

Les intelligences multiples

Un des grands thèmes de l’instruction en famille, c’est l’absence de standardisation des apprentissages, la possibilité de donner à ses enfants des enseignements qui leur seraient adaptés ce qui est sacrément difficile dans une salle de classe. Ce qui est évident pour tout le monde, c’est la possibilité de ralentir le rythme, ou au contraire de l’accélérer. La possibilité aussi, de varier les supports : il existe multitude de manuels officiels avec ou sans exercices ; de sites internet de références et/ou destinés aux plus jeunes ; d’applications IPad ; de documentaires ; de sites à visiter. Certains enfants raffolent des lapbooks, d’autres sont plus à l’aise avec des lignes du temps ou la lecture d’un livre.

Lorsqu’on instruit plusieurs enfants, on se rend forcément compte qu’ils n’apprennent pas pareil. Que ce n’est pas juste une question de goût ou d’humeur. Ils sont différents.

Se pose également la question de l’intelligence. S’agit-il simplement d’une norme, graduée, sur laquelle se répartit le monde, comme sur une règle, sur laquelle on se trouve placé plus ou moins haut, plus ou moins bas ? Qui est le plus intelligent : Einstein ? Mozart ? Duras ? Nijinski ? Boulle ? Briçonnet ?

N’accorde-t-on pas plus de crédit (soyons honnêtes) au génie de Einstein ou de Shakespeare que parce que nous vivons dans un monde dominé par certaines formes d’intelligence ?

Il existe une théorie dite des intelligences multiples qui explique que nous avons tous en nous plusieurs formes d’intelligences, plus ou moins développées. Certains développent une intelligence forte exponentielle : on parle de sensibilité, de capacité, de talent. Cette intelligence forte, si elle est sollicitée, dans un environnement favorable, peut devenir exceptionnelle. Mozart est né dans une famille de musiciens. Il a ainsi pu développer jusqu’à l’étourdissement son intelligence musicale. Que serait-il arrivé au jeune Wolfgang Amadeus s’il était né dans une famille de cuisiniers ?

L’instruction en famille prend dans ce cadre tout son sens. Le refus du diktat des rythmes et des programmes (on doit savoir lire à 6 ans, savoir ses tables de multiplication à 8, apprendre de concert natures et fonctions) prend tout son sens : il devient positif : je ne refuse rien, je réoriente les priorités en fonction des capacités de mes enfants. Les naturalistes auront la possibilité de plus étudier la nature ; les kinesthésiques auront celle de plus bouger J’ai, moi, la possibilité d’aider mes enfants à développer leur intelligence principale autant que possible. Et la responsabilité, aussi, de veiller à ce que les autres ne soient pas oubliées.

La théorie des intelligences multiples est pour nous, depuis quelques mois, une ligne de conduite, un garde-fou. Les enfants eux-mêmes y sont entraînés, cherchant à repérer l’intelligence dominante de untel ou unetelle. Cette théorie est un formidable vecteur de positivité. Les gens stupides n’existent plus. On se questionne simplement sur l’intelligence principale des autres Cette théorie est très utilisée au Canada, et la plupart des mes références viennent de là bas.

Howard Gardner a publié en 1983 « Frames of Mind: the Theory of Multiple Intelligence » (traduit en français et édité en 1997 par Odile Jacob sous le titre Les formes de l’intelligence). Il y présentait sept formes d’intelligence. Avec le temps, une huitième a été intégrée.

L’idée principale est que nous avons chacun 8 formes d’intelligence plus ou moins développées. Nous avons tous au moins une intelligence principale et une intelligence secondaire. Ce sont les intelligences sur lesquelles nous pouvons nous appuyer, celles que nous allons utiliser pour aider les enfants à mieux apprendre.

Les 8 intelligences sont les suivantes

  • Interpersonnelle
  • Intrapersonnelle
  • Kinesthésique
  • Linguistique
  • Logico-Mathématique
  • Musicale
  • Naturaliste
  • Visio-Spatiale

Voici deux liens : des questionnaires en ligne pour les enfants ou pour les adultes. Le mieux sera encore de se questionner soi-même. Les questionnaires ne valent rien face à ce que vous ressentez, savez de vous. Vous pourrez donc utiliser les questionnaires comme des guides, mais pas comme des gourous;).

Dans un premier temps, je vous propose un descriptif des intelligences multiples.

Dans un temps ultérieur, je m’efforcerai d’agrémenter les descriptifs de trucs concrets, voire de projets spécifiques à certaines intelligences.

  1. L’intelligence Interpersonnelle : c’est l’intelligence relationnelle, celle qui nous permet de vivre harmonieusement en société. Ceux qui sont doté d’une forte intelligence interpersonnelle se repèrent vite : ils comprennent les autres, décodent leurs attitudes. Ceux qui n’en sont aps dotés gagnerons à coup sûr à la développer
  2. L’intelligence intra personnelle : c’est l’intelligence de soi, la capacité à conscientiser ses émotions, son ressenti, mais aussi ses rêves et à les poursuivre. Elle n’est pas très facile à développer, mais permet d’alimenter son auto-motivation et de porter un regard objectif sur soi-même.
  3. L’intelligence kinesthésique : c’est l’intelligence du mouvement. C’est la capacité de maîtriser et interpréter les mouvement du corps, de manipuler des objets avec soin. C’est l’intelligence qui permet d’établir des relations entre l’esprit et le corps.
  4. L’intelligence visio-spatiale : c’est la capacité à percevoir et transcrire en images ce qu’on entend, ce qu’on lit, ce qu’on comprend. C’est la capacité à visualiser et conscientiser l’espace.
  5. L’intelligence musicale : c’est la capacité à produire, distinguer, transformer, apprécier un rythme, une tonalité ou un timbre à caractère harmonique ou musical.
  6. L’intelligence naturaliste : les personnes qui ont une intelligence naturaliste forte sont reconnues pour montrer une capacité étonnante à identifier les formes et structures de la nature, à distinguer et classifier animaux, roches, étoiles, planètes, ou même des éléments non naturels comme les voitures, les vêtements.
  7. L’intelligence logico-mathématique : les personnes qui ont une intelligence logico-mathématique excellent à faire des liens logiques et dans l’abstraction.
  8. L’intelligence linguistique : c’est l’intelligence de l’expression et des mots : les utiliser, jouer avec, les développer, les connaitre, s’en servir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *