Stockage de photos en ligne
Web & Technologie

Comment stocker des photos en ligne

Hormis les disques durs et autres CD/DVD, le stockage de photos en ligne est une autre alternative. Peur de perdre toutes ses photos remplies de souvenir ou même des photos professionnelles dû à un incendie, un cambriolage ou tout simplement une panne technique, l’hébergement à distance a ses avantages mais aussi ses limites.

Pourquoi le stockage en ligne ?

On peut utiliser cette méthode pour plusieurs raisons. La première qui nous vient à l’esprit est la sauvegarde pure et dure des photos. Personnellement, je sauvegarde toujours les photos en double: DVD + disque dur externe. Ainsi, les problèmes techniques sont limités. Reste à éviter les problèmes d’environnement: vol, sinistre, Le stockage en ligne est une solution.
On peut également y avoir recours pour partager ses photos avec ses proches, amis, famille, et même des internautes, sous forme de galeries privées ou publiques.
La troisième façon d’utiliser le stockage en ligne peut servir par exemple à héberger une photo afin de pouvoir l’intégrer à un forum, sans alourdir ce dernier, ou encore pour alléger un site internet qui ne dispose que de très peu d’espace sur le serveur.

A quel prix?

Beaucoup de services sont gratuits avec la plupart du temps une limite à ne pas franchir. Ces services gratuits sont déjà suffisants pour une bonne partie des utilisateurs. Par exemple, Flickr est limité à 300Mo de photo par mois, ou encore Picasa, limité à 1Go de stockage total. La version payante de Flickr (Flickr Pro) vous coûtera 18,85€ et vous permettra de stocker un nombre illimité de photos. Autre exemple, pour 16€/an, Joomeo vous propose 500Mo mensuel avec possibilité de report des Mo non consommés le mois précédent. Ou encore DediKam pour 30Go maximum total à 13€/an (niveau 1).

Des services supplémentaires

En plus de stocker vos photos, les hébergeurs peuvent vous proposer des services tel que la retouche en ligne, la géolocalisation ou encore l’impression de vos plus beaux clichés. DediKam quant à lui, permet de stocker bien plus que des photos. Du coup, on oublie les galeries et autres gadgets puisqu’il stocke des données brutes.

Points à vérifier avant de stocker en ligne

Quelle est la quantité de données autorisées pour les gros consommateurs de pixels par mois, par an, par photo? Par exemple sur Flickr Pro, les photos ne doivent pas dépasser 20Mo on oublie le RAW!
Est ce que les photos stockées restent au même format que celles d’origine sans perte de taille et donc de qualité? Toujours sur Flickr, avec le compte gratuit, les photos sont redimensionnées.
Plus difficile à connaître, le débit d’upload. Si vous avez plusieurs dizaines de giga de photos à charger sur un serveur, mieux vaut avoir un bon débit chez vous mais aussi sur le serveur destinataire
Si vous stockez des photos au format RAW, vérifier que l’hébergeur est compatible (dans le cas où une lecture de limage doit se faire, bien sûr).
Certains sites apposent leur nom sur vos photos.
Dans les conditions générales d’utilisation de certains hébergeurs, vos photos ne sont plus « copyright ».
Certains services de stockage se déchargent de toute obligation en cas d’arrêt du service.

Pour conclure, je dirais que le stockage en ligne est un très bon moyen pour partager ses photos, mais je suis moins convaincu par le stockage en lui même en tant que sauvegarde. A moins den trouver vraiment l’utilité, comme un professionnel peut avoir, un serveur personnel (serveur NAS) est tout aussi efficace. Les risques « de se faire avoir » sont limités, les bridages réduis à néant, mais l’investissement n’est pas le même.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *